Un blog Travellerspoint

Nananu-i-ra


Voir Y'a quoi de l'autre côté? sur la carte de Quentin..

Ah ca ira ca ira ca ira, à Nananu-i-ra ! Alors on y est allé ! Un peu de bus, un petit tour en bateau entre les petites iles paradisiaquisées (paradisiaques d’avance, avec en plus la pelouse coupée et tout est tout beau tout propre), et nous voici sur Nananu-i-ra, sur un terrain les pieds dans l’eau. Notre chambre-dortoir est tout en haut de la colline, il y a une belle vue sur la mer avec le moindre rayon de soleil !

DSC_0322.jpg

Les moustiques sont omniprésents alors on monte la tente dans la chambre pour profiter de la moustiquaire. On l’a bien eu, ce Jules-Edouard (le Moustic) !
Notre hébergement est clairement dédié aux sportifs occidentaux, plongée, kitesurf, planche à voile et autres sports d’eau de mer avec du vent. On ne se retrouve pas trop dans cette ambiance, mais les plongées sur les récifs sont très réputées, et puis l’ile est jolie.

DSC_0327.jpgE88DF62B2219AC68176E99ADA84B2AD1.jpg

C’est parti pour la plongée ! Le temps n’est pas au plus beau, mais on a bien senti les apparitions du soleil même à plusieurs mètres de profondeur. Parfait pour révéler les couleurs ! (même si, avec la Gopro, ca ne rend pas grand-chose d’autre que du bleu !)
On palme entre les récifs, il y a des arches, un mur de coraux d’une quinzaine de mètres de profondeur, on fait le tour, on passe dans les crevasses… Parcours très agréable, beaucoup de poissons (surtout des perroquets, de multiples espèces), et vraiment beaucoup de coraux, de couleurs, des poissons chirurgiens, une murène, des poissons anémones (qui sont les seuls que notre guide nous a signalés en chemin), et j’en oublie des centaines et des sardines.

GOPR0969.jpgGOPR0978.jpgGOPR0999.jpgGOPR0979.jpg

De beaux coraux arborescents, et un d’un bleu ciel étonnant (les couleurs sont réalistes pour cette photo !)
Après deux jours passés sur l’ile, on repart vers Nadi pour la fin de notre séjour à Fidji avec les transports locaux au son de la musique Bollywoodienne, sans nos collègues qui préfèrent le taxi…

On passe deux jours à Nadi à flâner au marché, à profiter des fruits et légumes locaux, de la bouffe indo-fidjienne, et peaufiner notre bronzage (en vrai on prépare activement notre séjour aux US).

Quelques photos de plus et une vidéo bleue ici et ici!

Posté par Quentin. 16:26 Archivé dans Fidji Commentaires (2)

Les iles du groupe Lomaiviti

On rejoint Ovalau, l’ile principale du groupe d’iles Lomaitivi, en bus-ferry-bus, le truc pratique étant que le bus monte dans le ferry, pas besoin de décharger nos gros sacs, héhé ! La traversée se passe sans encombre, en slalomant entre les récifs, nombreux entre les 2 iles. Il y a aussi des bancs de sables à découvert à marée basse et de la mangrove au milieu de l’océan.

DSC_0103.jpgB21EDF6B2219AC6817F732A6071F0EFC.jpg

Arrivé sur l’ile, le bus prend la route de Levuka, par des routes en graviers, genre montagnes russes. En bus, c’est pas mal aussi. Levuka était la première capitale de Fidji, au temps des premiers colons. Aujourd’hui, c’est un peu plus de 3000 habitants, une usine de thon en boite (qui aromatise l’air ambiant) et surtout une colonie de pigeons qui date de l’époque où ils étaient utilisés pour transporter le courrier sur la grande ile (Viti Levu) et qui traine maintenant autour de la rue principale, coincée entre la mer et une rangée de bâtiments coloniaux en plus ou moins bon état.

DSC_0127.jpgDSC_0130.jpgDSC_0131.jpgDSC_0133.jpg

Le tout donne une petite ville tout à fait charmante, où nous séjournons pendant 3 jours. Et pas n’ importe où, s’il vous plait, non, dans le plus vieil hôtel du Sud-Pacifique. Un vieux bâtiment colonial, lui aussi, parquet d’époque, piano d’époque et lit à baldaquin. Les meubles et l’ambiance générale nous ramènent 150 ans en arrière.

B3EE72432219AC68172FE49E4FF0AC1F.jpgB3EF41EC2219AC6817C20E8E419152E3.jpgB24724E42219AC6817834D5A5F300EAE.jpg

On passe 3 jours au rythme tranquille de la ville, on se promène dans les ruelles, entre les bâtiments et surtout, surtout, on s’essaie au snooker. Avec le golf, c’était une des missions de ce tour du monde : s’essayer au snooker ! C’est chose faite, mais il va falloir continuer à s’entrainer…

DSC_0153.jpgB2581CD52219AC681702EA2A5FFCA708.jpg

Notre prochaine escale nous emmène (dans la benne d’un camion, aménagé pour faire transport public avec 2 rangées de bancs) à Silana, un village au nord de l’ile d’Ovalau, de 120 habitants. On est accueillis par la famille de Seru. Le village est au bord de l’eau. Comme au Vanuatu, les villages ici sont des communautés autosuffisantes, l’eau provient de la montagne, tout le monde participe à la vie du village et au jardin. Chaque famille a sa parcelle dans la montagne et certains hommes passent la semaine dans la montagne et redescendent les week-ends.

B2648FF92219AC68176CC2085ACCD3E6.jpgB2664B1E2219AC6817455FE58E835010.jpgDSC_0187.jpg

Seru nous emmène dans la montagne à la découverte des plantes locales, les fruits et légumes et aussi les nombreuses plantes médicinales. Une bonne marche de 2 heures pieds nus, à travers les jardins la forêt et le ruisseau, ca ne pouvait pas être complet sans une belle chute dans l’eau, appareil photo compris ! On est maintenant bien au point sur le taro, le manioc (ou kassava), le kava, la canne à sucre et surtout la noix de coco…

B40D49782219AC681717A03A6311B56E.jpgB2705CF72219AC681753DE6C64A2100A.jpgB40B09AA2219AC6817C6C90A3E74CAF9.jpg

Les gens sont très croyants ici, comme en témoigne l’église méthodiste au milieu du village, que les hommes ont construit à partir des coraux morts récupérés sur la plage. Et puis comme c’est dimanche, et bien on a même assisté au service. On n’a rien compris, bien entendu, c’était en fidjien, mais le pasteur nous a accueilli, et les différents protagonistes ont tous eu un petit mot pour nous, pour nous accueillir. On a même fini par se lever pour dire un petit mot et les remercier de leur accueil chaleureux. C’est beaucoup plus chantant que les messes en France, ou en tout cas du souvenir que j’en ai. Et puis les gens étaient contents qu’on soit là.

DSC_0181.jpgDSC_0206.jpg

Le vendredi et samedi soir, les gens se réunissent autour du bol de kava. La technique est différente de ce qu’on a vu au Vanuatu. Les racines sont séchées puis broyées pour former une poudre. La poudre de kava est pressée dans un sac en tissu pour donner un beau liquide brun-gris, qui a le même gout peu avenant que dans les iles voisines, bien qu’il soit moins fort. La soirée commence : tout le monde tape 3 fois dans ses mains, et première tournée de kava, chacun son tour reçoit le bol et boit cul sec : bula-clap-clap-clap avant de boire et maca-clap-clap-clap après. La soirée se passe en chansons et en danses. 3 guitares, un ukulélé et des voix…et entre chaque chanson, un bol de kava…mmmmmmh !

DSC_0197.jpgB2A2CAF52219AC68179EAC41A51F672E.jpgB41ED98E2219AC6817643076B3D3A6B6.jpgB41D5DCB2219AC6817010011E2F441DA.jpg

Pour notre dernière soirée, on prépare le lovo dans l’après-midi. C’est une technique de cuisson, très proche de ce qu’on a pu voir à Vanuatu. Les différents aliments sont cuits sur des pierres chaudes, et tout est recouvert de feuilles de bananier puis de terre.

DSC_0246.jpgDSC_0250.jpgDSC_0251.jpg

Au menu, citrouille fourrée et poisson frais, racines de taro, feuilles de taro au lait de coco (tout est bon dans le taro !), Quentin est d’ailleurs de corvée de râpage de coco, pour changer… On se régale.

DSC_0237.jpgB2E81CB02219AC68170599E6531761AD.jpgB2E0701E2219AC6817CCBCBAD4B2B852.jpgDSC_0241.jpgB42802672219AC681776F92C2FFEBB76.jpg

La soirée est géniale, c’est lundi soir mais le kava et les guitares nous accompagnent et surtout de nombreux villageois sont venus pour nous dire au revoir. Les chansons sont revisitées avec nos prénoms, on danse beaucoup, une espèce de ‘’chenille’’ locale, on boit beaucoup de kava et on se régale des bonbons et des petits gâteaux amenés pour notre départ. On finit avec des fleurs dans les cheveux et du talc sur les joues… pour célébrer l’arrivée d’un nouveau-né ! Encore une soirée inoubliable !

DSC_0252.jpgB2ED10352219AC68173BF7C2B2ADCCE2.jpgB4309EFE2219AC68177CE0AACD3F8AC1.jpg

Après une petite pause à Levuka, on passe 2 jours à Caqalai, une petite ile, vraiment petite, puisqu’on peut en faire le tour en 15 minutes à pieds… Pas grand-chose à faire, si ce n’est du snorkeling, un des meilleurs de Fiji parait-il, et un des meilleurs qu’on n’ait jamais fait, en réalité : des tas de coraux très colorés, des poissons variés, des anémones, des murènes et même un serpent de mer… Superbe !

GOPR0862.jpg
GOPR0906.jpg
GOPR0925.jpg

On plante la tente au bord de la plage, et les repas sont compris dans le prix : on se régale de langoustes le soir, mmmmh ! Et comme on a goûté les noix de coco à tous les stades de maturation, on sait maintenant comment on les préfère et on en profite même pour se faire des petits soins nourrissants, sur notre peau, abimée par le soleil et le sel du Pacifique. Les journées se passent tranquillement, entre les petits poissons, les siestes, les matches de volley, les pauses thé, etc. La vie n’est pas facile…

B33664982219AC6817151C9E79CDD4C6.jpgB446A7A22219AC6817A8D6929B6A858D.jpgB33A89A62219AC68177C8682BD3E66D9.jpgB44520892219AC6817DFE57A02068D78.jpgDSC_0302.jpg

Plus de photos de Levuka ici, de Silana , et de Caqalai ici, dont une vidéo à regarder en grand écran...

Posté par Melinda O 15:04 Archivé dans Fidji Commentaires (5)

Arrivée à Fidji


Voir Y'a quoi de l'autre côté? sur la carte de Quentin..

Deux heures de vol et un sandwich ont suffit à nous faire rallier Nadi de Port Vila. Après les formalités d’entrée sur le territoire, on trouve facilement notre chauffeur qui nous attend (avec une pancarte à mon nom, trop la classe !). Il pleut d’une pluie tropicale qui n’est pas près de s’arrêter… Et effectivement, il pleut toute l’après-midi, que nous passons à voir passer le temps. Nous prenons le lendemain un bus en direction de la capitale Suva, à l’Est de l’ile principale de l’archipel de 333 iles de Fidji. On fait bien de faire le trajet, il pleut. On se promène dans cette ville endormie (c’est dimanche), et sous un ciel gris, c’est assez peu engageant au premier abord… Les jours suivants, chauds, ensoleillés et vivants changent complètement notre point de vue !

DSC_0005.jpg435CEFC12219AC6817AF468F98902A90.jpg

La population Fidjienne est composée de Fidjiens, et de beaucoup d’Indiens. Et de nombreux métisses, évidemment. Les Fidjiens ne sont pas aussi beaux que les ni-Van selon Melinda (les ni-Van seront difficiles à détrôner, avis aux demoiselles en quête de beaux garçons), les Fidjiennes métissées sont plutôt jolies (avis aux damoiseaux en quête de jolies filles).
Les rues sont vivantes, plein de boutiques partout, un grand marché avec plein de fruits et de légumes qu’on connait presque tous, tout ca a l’air bien bon !

43610F7B2219AC68179621E03FA14606.jpg

On mange presque à tous les repas des plats du marché, ca ne coute pas grand-chose, c’est bon et ca cale ! Des rotis (pas de la viande, des rotis façon indienne, c’est une sorte de crêpe fourrée), des samossas, des gâteaux, des petits plats de saucisses, œufs et manioc… Que demande-t-on de plus ? Des bières ? Ben oui ! Elles ne sont pas mauvaises…
On fait une petite excursion à Colo-i-Suva, un parc forestier. La promenade nous fait du bien, ca faisait longtemps qu’on n’avait pas marché dans la nature. On marche deux heures dans la forêt, en suivant un à cours d’eau et de nombreuses cascades. C’est superbe. Arrivés en bas, c’est le moment de se jeter a l’eau ! Tarzan et Jane ont l’air bien ridicules à coté de nous !

43B418722219AC681771C8EF06242AB0.jpg43B9385F2219AC6817EC074DA8061EBE.jpgDSC_0037.jpgDSC_0053.jpgDSC_0078.jpg

Un petit tour par le musée national pour en apprendre plus sur les premiers colons mélanésiens, puis européens, et aussi sur le premier Chinois arrivés à Fidji. C’est très intéressant, on y passe deux bonnes heures.

43E933862219AC68176B6BCA8BB13987.jpgDSC_0092.jpg

Et puis en route vers l’Est ! On se rapproche du méridien 179 Est, pile poil à l’opposé de la France, en rejoignant Levuka sur l’ile d’Ovalau, bien loin des touristes qui s’amassent sur les iles Yasawa et Mamanuca à l’Ouest…

Plus de photos de ces premiers jours ici !

Posté par Quentin. 15:51 Archivé dans Fidji Commentaires (2)

La vie au pays du kava, des lap-lap, et des pirogues...

Après 5 mois au rythme australo-néo-zélandais, on a été bien content de se remettre au rythme des iles tropicales, auquel on avait gouté en Martinique… Petite vitesse, donc, repos, manger, dormir, se reposer, faire des siestes, attendre, manger, dormir, boire une noix de coco, se reposer… Bref, un peu dur quoi…

239FA5332219AC68179A4CCF32C8F2FF.jpg

Pour nous l’expérience Ni-Van se situe à mi chemin entre le Mali et l’Asie du sud est, vous vous doutez donc bien qu’on a adoré ! Cependant, pas facile tous les jours de voyager ici en mode sac à dos. En effet, la grande majorité des touristes (Australiens), viennent ici en resort, ne sortent pas ou peu, que pour acheter des souvenirs à des prix parfois insensés. Ils ont ici, les Australiens, une très mauvaise réputation. Peut-être aussi mauvaise que les Français en Australie… Du coup, de nombreux tours sont organisés par les resorts, et coutent bien évidemment une fortune (20 euros pour aller voir une cascade, 60 pour faire une rando). Tant qu’il y a des touristes prêts à payer, il n’y pas de raison que les prix baissent.

On a donc essayé d’éviter tout ca. Les choses ont donc pris plus de temps, et on n’a pas été voir les gros sites touristiques, qui semblaient pourtant jolis, mais bon, il faut pas pousser mémé. Toutes les plages et les lieux sont privés. Donc même en prenant le bus ou en louant un scooter, lorsqu’on s’arrête sur une petite plage ou à un endroit, le propriétaire des lieux fait son apparition pour discuter et aussi demander un petite somme. La plupart du temps autour de 3-4 euros par personne, ce qui est raisonnable selon nous.

Pas de transports réguliers sur les iles, il faut négocier les tarifs avec les bus et taxis, ou monter à l’arrière des pick up des locaux qui se font un plaisir de nous déposer où on veut aller si c’est sur leur route… Les seules routes bitumées sont sur Efaté et Santo, pour le reste c’est piste en terre ou bien bateau…

23AD02B02219AC6817FF088E0608F569.jpgDSC_0023.jpg23B0513D2219AC68172913855D1B8DFB.jpg

Pour les transports inter-iles, l’avion coute cher, les cargos font des liaisons, c’est le moins cher, mais pour réussir à connaitre l’horaire et le jour de départ, ce n’est pas simple. A utiliser lors d’un voyage longue durée au Vanuatu. 2 ferrys réguliers, font le lien entre Efaté et les iles du nord, une fois par semaine. Ca limite grandement les possibilités, et les trajets sont looooooooooooooongs. Mais c’est un super moyen de rencontrer les locaux, toujours prêts à venir discuter de leur ile, de leurs traditions et de leurs coutumes.

DSC_0265.jpgDSC_0266.jpgDSC_0357.jpg

Les ni-Van sont très accueillants, souriants et gentils. Beaucoup parlent Français et sont contents de pratiquer. D’autres sont anglophones, mais tous parlent au moins 3 langues : le Bislama la langue nationale, l’Anglais ou le Français et puis leur dialecte local... Ici, pas de tentatives d’arnaques comme on a pu en voir en Asie, les gens sont honnêtes (exceptés les tours opérateurs qui font payer en x20, les trajets que tu peux faire en bus).

23EF50952219AC6817F67074F1F98CF0.jpg2401304B2219AC6817C3F19E1F823F81.jpg

3 iles pour nous cette fois-ci. Efaté, l’ile principale, où on aura vécu au rythme Ni-Van, tranquillement pendant plusieurs étapes de quelques jours. Pas grand-chose à voir sur l’ile, mais le marché de Port Vila vaut son pesant de cacahuètes ! On aura fait notre cure de racines pour un moment : taro, manioc, kassav, et puis les éternels cocos, bananes, fruits de la passion. Beaucoup d’agrumes variés et délicieux et puis des avocats, des patates douces, les poissons fraichement sortis de l’eau.

23C729672219AC68174796FEA7F370D6.jpg23CC33702219AC6817DB71CE964BF2B5.jpg23CF6E2F2219AC6817CC59578EEFC833.jpg23D13A492219AC6817B2B11B166C1157.jpg

Mis a part que les transports coutent très chers et que l’entrée du volcan est aussi exagérée, on n’aura pas regretté notre passage sur l’ile de Tanna. Le volcan en activité est vraiment extraordinaire, à couper le souffle. Un grand moment doublé d’un anniversaire : inoubliable ! La vie au village, la préparation du lap lap et du kava (ce n’est pas très bon, il faut bien le dire), pour la cérémonie était aussi un moment inoubliable pour nous. On a eu beaucoup de chance d’être là à ce moment-là et honorés d’être invités à partager ce Kastom. Encore une fois inoubliable ! Les enfants se baladent avec des machettes et les manient dès le plus jeune âge.

DSC_0056.jpgDSC_0080.jpgDSC_0095.jpg23ED65D02219AC6817CA82CB28266236.jpg

Sur Santo, ile plus touristique, principalement à cause de la plongée sur l’épave du Coolidge, on a aussi passé de bons moments et une plongée de nuit inoubliable aussi, dans les ténèbres d’une cale d’un navire, en apesanteur, entourés d’un ballet de minuscules lumières qui dansaient autour de nous : magique !

23F0B61A2219AC681781B17B07DFDD1D.jpgGOPR0621.jpgGOPR0669.jpg

Mais avec tout ca, il faut bien dire que, même en bataillant sévère, le budget est complètement explooosé ! On aura dépensé 2000 euros au lieu des 1000 prévus… Mais c’est comme ca, ca valait largement le coup de découvrir ces iles perdues au milieu du Pacifique. Même si on n’a pas été vraiment gâté par le temps, on en gardera un excellent souvenir.

D’autant plus qu’ici, c’est vraiment le paradis : pas un seul McDo, ni fastfood d’aucune sorte ! Très peu de coca, et de la bouffe locale à foison. D’ailleurs pas d’enfant obèse ici. Coïncidence ? Je ne pense pas… Pas une seule trace de pesticide sur l’archipel et ils sont très fiers de leur bœuf bio (qui est fort bon). Chaque tribu a son jardin et est auto suffisante. Récupération d’eau de pluie, pas ou peu d’électricité : on vit avec le soleil, on mange ce qu’on cultive et basta : C’est pas le paradis, ca ?

Tous les albums ici!

Posté par Melinda O 22:44 Archivé dans Vanuata Commentaires (0)

Dernière semaine au Vanuatu


Voir Y'a quoi de l'autre côté? sur la carte de Quentin..

De retour à Luganville, on se met au rythme ni-Van. C'est-à-dire doucement, petite vitesse, on se prépare psychologiquement à aller faire trois plongées, et on se repose aussi un peu physiquement. Le lendemain, départ pour l’épave du SS President Coolidge, les récifs coralliens et une plongée de nuit. Le SS President Coolidge est un bateau civil américain, devenu militaire pour la seconde guerre mondiale. Il a échoué au large de Luganville, base américaine, en heurtant une mine de défense suite à une incompréhension. 5000 hommes à bord, mais aucun mort. Le bateau de 200 m de long est échoué entre 20 et 67 m de profondeur. Il y a à l’intérieur toujours des chars, des camions, des salles de bain, des armes… et des coraux, des poissons par centaines évidemment !

GOPR0719.jpgGOPR0736.jpgGOPR0739.jpgGOPR0743.jpgGOPR0747.jpg

Une vidéo et quelques photos ici.

Petite pause à la plage sur Million Dollar point, point de largage de tous les restes militaires américains après être partis du Vanuatu. Le temps ne nous a pas donné envie d’aller voir avec nos masques et nos tubas, et on se prévoit cette excursion pour plus tard. Seconde plongée après un repas frugal. Beaucoup de coraux, des bénitiers, un requin léopard, des dizaines de poissons anémones dans leurs anémones, beaucoup de couleurs… (et un petit aperçu toujours au meme endroit, ici !)

GOPR0822.jpgGOPR0827.jpgGOPR0831.jpgGOPR0837.jpg

On passe l’après-midi a se reposer de nos efforts de la journée, et on renfile les combis en fin d’après-midi pour descendre dans le noir, sans lampe allumée pour commencer, en se tenant par les mains pour ne pas se perdre, direction la cale numéro 2 du bateau. On rentre dans la cale, toujours dans l’obscurité totale, en se tenant par les bras. Et devant nous se déroule alors un ballet de poisson flash, des centaines de points lumineux qui dansent en bancs sous nos yeux ébahis, dans cet endroit qui semble irréel. Difficile de dire combien de temps on a passé dans la cale, et en sortant on croise un poisson lion, et on se surprend à explorer plus ou moins les mêmes endroits que le matin, avec un point de vue différent, un peu de magie en plus. D’autres espèces sous-marines sortent de nuit et on ne voit pas la même faune ni la même flore que le matin, pourtant au même endroit.

Une belle journée, qui nous en a laissé plein les yeux, et qui nous a fortement incité à nous reposer les jours suivants. Trois plongées dans la journée, ca crève ! Alors on a glandé en attendant le bateau pour le retour sur Efate (notre excursion prévue à Million Dollar Point a été avortée par beaucoup de pluie…).

On passe nos 26h de bateau à essayer de se remettre de l’indigestion provoquée par des biscuits périmés, pas si simple quand ca tangue !
Résultat, on arrive à Vila, et on passe la journée pluvieuse à glander avec Renaud et Emilie, deux voyageurs avec qui on partage plein de choses en refaisant le monde et en parlant voyages et évasions. Demain, grosse journée, il nous reste quelques cartes postales à écrire ! Et s’il fait beau, on ira poster les cartes à la poste sous-marine de Hideaway Island ! Puis départ après-demain pour Fidji…

Posté par Quentin. 04:35 Archivé dans Vanuata Commentaires (1)

(Articles 21 - 25 sur 105) « Page 1 2 3 4 [5] 6 7 8 9 10 .. »